samedi 4 juillet 2009

The Inner Weakness of Arab Media


What is at stake for Arab media? Answering this question will imply breaking a number of taboos in order to throw light objectively on the weaknesses of these media. The paper will, however, not compare Arab and Western media. One can compare only what is comparable. Rather, it will focus on the Arab media world, leaving the task of criticizing the operation of Western media to our Western friends. It seems indeed more credible and more appropriate that each of us starts with a critical attitude towards our own media and colleagues.

The Media Cold War in the Arabic World

If we look at the recent history of the mass media in the Arab World, we can distinguish three main phases of development. In the first, the mass media were dominated by the Egyptian press. This lasted from achieving independence and the Suez Canal crisis in 1956 until 1974 in the aftermath of the Sinai War. That period was dominated by the Arab Voice radio, which can be said to have been a significant factor contributing to the fall of a number of Arab regimes, including the Iraqi government in 1958, Yemen in 1962 and Libya in 1969. It was an important vector of the dissemination of the pan-Arabism ideology of Nasser that became dominant in the Arabic world.

The Saudi Empire

Precipitated by rising oil revenues alter the first oil crisis and an understanding of the importance of media propaganda in today's world, the Saudi regime initiated a number of successful competing initiatives to counter Nasserian ideology and attempt to dominate the regional media landscape. They created the well-resourced television channel Middle-East Broadcasting Channel (MBC), the quality newspapers Al-Sharq Al-Aswat, Al-Hayat, Al-Majala, and Al- Wasat. "The Gulf petrol boom also drew many of these journalists, who took up positions in new newspapers created thanks to the wealth generated by petrol. Egyptian, Syrian and Palestinian journalists also exploited this goldmine. Unfortunately, these journalists were hemmed in by the traditionalist system governing the countries concerned. The downside of the high salaries they earned was the rigid censorship they had to work under" (Essoulami 2006). During that period, other countries in the region with international ambitions, such as Libya and Iraq, also created their media in London and Paris. These reviews never managed to compete seriously with the Saudi media and definitively lost the baffle for influence with the 1991 Gulf War. Arab journalists in the European capitals could nevertheless adopt a more critical tone. This freedom of spirit was, however, limited, as explained by Said Essoulami: "The only journalists who could write in all freedom were those who had set up base in Europe, but even their freedom was only a provisional one: the money generated by the petrol bought out most of these journalists. Saudi Arabia, Iraq and Libya all invested in the expatriate press in order to rally support for their power and ally themselves to the most eminent and credible pens in the Arab world. Iraq and Libya founded reviews; the Saudi Arabians funded dailies. Journalists fell over themselves to offer their services to the rich and draw on the benefits due to them, such as cars, houses, or gold watches. A critical press was confined to the limits of the Arab community abroad. Other more powerful dailies and reviews had a regional audience that was much more significant" (Essoulami 2006).

Al Jazeera Domination

The third phase coincides with the creation of the television channel Al Jazeera in Qatar. "Arab satellite television, inspired by CNN lnternational's coverage of the 1991 Gulf War changed all that. Suddenly a new cadre of Arab journalists inspired by CNN and trained by the BBC were hosting open-debate talk shows on the Orbit network broadcasting from Rome and field reports for lively news bulletins on the pioneer channel MBC followed by a short-lived experiment of an all-news BBC Arabic Television service — both broadcasting from London. All of these strands were pulled together with the launch of Al Jazeera from Qatar, at the center of which — setting standards for this 24/7 news channel — were a corps of BBC-trained journalists" (Schleifer 2006).

"The Gulf states, seeing the impact that CNN had on an international scale, grasped the strategic importance of satellite television in times of conflict. Several governments, in particular Saudi Arabia, encouraged their rich compatriots to invest in the installation of satellite television channels in Europe. MBC, Orbit, ART were able to build their hegemonies and set up thrones under the Arab sky. Other countries followed suit by launching their own national channels " (Essoulami 2006).

Practically overnight, this new channel established by the micro state managed to marginalize all competing Arab media. Encouraged by its early success, a media group was created with a number of new, less known media, such as Al Jazeera. Net, Al Jazeera International in English, Al Jazeera Sport, etc. "Only Al Jazeera, financed by the Qatar government, dared to jostle traditions and political taboos by programmes open to all opinions, even the most hostile to established Arab regimes.
Al Jazeera was heavily criticised by governments who did not welcome the space given to their political opponents" (Essoulami 2006).

"The original Arabic news channel, established in 1996 and funded by the emir of Qatar, not only bucked the trend towards frivolity and light entertainment but broke many taboos, interviewing Israeli politicians and allowing debate of a kind rarely seen on Arab television" (Whitaker 2004).

This short historical account shows that contrarily to a stereotype in the West, Arab mass media has always been highly fragmented, the object of competing states in the region attempting to gain hegemonic influence. To underline the existence of this media Cold War in the Middle East, one can perhaps mention the following anecdote. Yamama, the biggest Saudi advertising company in the Arab region, was recently instructed by the Saudi regime not to cooperate with Al Jazeera, a move that obviously had an impact on the revenues of the channel. This leads us to clarify another structural feature of the Arab media world: they are financially or commercially unsustainable. Despite its international success, even Al Jazeera is known for losing money every day. None of the Arab mass media would survive if they did not benefit from the largesse of rich and powerful sponsors, states or princes.

The Rule of the Media Game

Mass media structurally mirror political regimes. The region has been historically resilient to democratic change with states remaining basically authoritarian in kind. Similarly Arab mass media are not democratic. The philosophy of mass media as a public forum, an agora, open to a pluralism of discourses and actors, the value of critical and investigative journalism, the institutional function of media as watchdog of governments, all this is largely foreign to Arab mass media. Journalism, while not necessarily "reverent" (Tackenberg 1996) to governments and their politics, is strongly constrained and — we can say — controlled at a distance by the security services. This control can be exercised directly or indirectly. Ibrahim Nawar comes to the same conclusion. He states: "The fact that Arab countries are lagging behind in the race for democracy is clearly visible. Rulers of Arab countries, many of them have been in power for decades, are denying their own people any real chance for political choice. In most cases one party or a ruling family is the main feature of political life. Restrictive laws and near absolute power of police forces ensure that there will be no challenge for family or one-party dictatorship. The media is controlled by the state in order to drug public opinion and beat up the drums in support for the corrupt ailing ruling clans" (Nawar 2006).

Censorship applies mainly indirectly but is ubiquitous. Critical media or journalists who do not follow the "rules of the game" blindly cannot survive in this environment. Journalists and editors who systematically apply the values of Western critical journalism are quickly and swiftly reminded of the rides of the game by vigilant security services. Journalists who are in permanent contact with security services are left in no doubt over their limited room for manoeuvre. There is not much difference in this sense whether the media is state-controlled or operated by private actors, as is mostly the case in Morocco, Jordan, Algeria, Sudan or Egypt… for instance. In short, all the values that have emerged in the political mass media in the 20th century — neutrality in political debates, critical or investigative journalism, pluralism of voices (Tackenberg 1993) — all these values are cancelled or strictly limited in the Arab media.

One of the "rules of the game" well-known by Arab journalists is the taboo of discussing internal politics critically. There, we can truly talk of the dominance of the "reverence journalism" form. More or less loyally, journalists will reproduce official discourses and avoid giving a voice to local political opposition. On this point, Abdallah Schleifer (2006) writes: "The Arab press becomes furious over the slightest discrimination that befalls Muslims in Europe and America, but there is little or no sense of equity, of equivalence, of an elementary quid quo pro as in the case of church building in Arabia and mosque building in Rome. Indeed, often the opposite is the ride".
These international controversies also serve a useful function of creating scapegoats and diverting potential popular unrest, attention or grievances from internal local political and social realities. In any case, Arabic mass media avoid a serious and honest debate over internal public affairs.

The Weapon of Advertising

Of course, it would be too optimistic to believe that the Western mass media correspond to the Habermasian ideal of an open public sphere in which a critical discourse over public affairs takes place freely. In his doctoral thesis, Habermas discussed the colonization of the mass media that took place at the end of the 19th century and the control operated by well-resourced actors via advertising in particular. In an old democracy such as Switzerland's, it is quite striking to see that while the justice minister is often the subject of critical comments in the media, the two main food-distribution companies — Migros and Coop — remain entirely free from any criticism in the main dailies or on television. Obviously, there is an incompatibility between their advertising powers and criticism in the media.
There are well-known cases in Switzerland of direct influence or threats to stop advertising in newspapers which are not following the “rules of the game”. Hanspeter Kriesi in an analysis of the youth movement in 1980-81 in Zurich mentions a case where a local newspaper was silenced by a sharp drop in advertising following its sympathetic accounts of the demonstrations of the youth movement (Tackenberg 1993). In the Arab world, while advertising does not play a similar economic role in mass media, boycotts are also used as an instrument of control of the mass media. We mentioned above the case of the Saudi regime which instructed its state-owned advertising agency to stop advertising in Al Jazeera in a bid to sanction the television channel. "Advertising is largely used by the state and business groups to reward or punish newspapers, radio and TV stations. As the case of Al Jazeera can reveal, no advertising agency can place ads in an outlet that has politically crossed the line from the official Saudi point of view or the view of any other government. As they are the biggest advertising spender in the Arab world, Saudi companies and agencies almost control the advertising market [...] All business groups in the Arab world that see their interests at odds with the Saudi policy share the same advertising policy, no advertising to be given to media outlets that are not politically correct. As a result, advertising in the Arab world has become largely political. In every Arab country, advertisements are placed in loyal or affiliated papers and radio and TV stations. Some newspapers have been left to suffer until they close down while some others have to change course in order to win support" (Nawar 2006).

The Internal Stakes

The Arab media seem free to voice criticism towards Israel, the United States, to criticize the democratic situation in this or that Arab regime. But these media will never cross the line to publish reports critical of the internal affairs of the governments. Their guiding principle resides in applying the rule of critical journalism selectively to others rather than themselves. "There is no information act in any Arab country that can force the state to open up its files for public interests. Journalists have to believe official stories about all sensitive issues while senior civil servants have been made immune by law against any attempt to challenge their official behaviour or statements. State-owned news agencies are the mouthpiece of Arab governments. In some cases no media organization can dare to publish news reports unless it has been verified or confirmed by the official news agency of the relevant country" (Nawar 2006).

It is obvious that freedom of expression and the freedom of the press are the first victims of non-democratic regimes. The Arab world seems to live under dictatorial political systems that vary in their degree of openness but resemble each other in principle: the control of Society and public opinion by powerful security services. Space for liberty is limited, yet exists in varying degrees. Discussing the Arab media landscape, Rami Khouri (2007) states: "Yet they are not part of today's democratic trend, because Arab political systems remain firmly in the hands of soft hereditary monarchies or brutal security states. Nevertheless, Arab democrats and liberals persist. They meet, write articles, publish reports, hold conferences, create political parties and non-governmental organizations, occasionally demonstrate in the street and even sit and talk with their autocratic leaders, reminding them that non-democratic regimes are also non-sustainable".

Freedom of the press and authoritarian regimes are antithetic. Arab states are a regular target of criticism from international Non-Governmental Organizations. "Reporters without Borders" regularly underlines in its reports that the freedom of the press in the Arab region is precarious: newspapers are censored; journalists are imprisoned and sometimes assassinated. According to Ibrahim Nawar: "As a result, freedom of expression and public liberties in general are severely restricted in the Arab world. Many entities have become legitimate targets for state repression. These include political parties in opposition, NGOs, trade unions, professional associations, student unions and public forums. Such circumstances surrounding Arab media have resulted in lower professional and ethical standards, distortion of information and biased reporting. In most cases media controlled by the state is playing the game of denying the general public their basic "right to know". In short most of the Arab media is working as mouthpiece for the ruling clans" (Nawar 2006).

Arab Media and Mosques: the Algerian Experience

The low status and credibility enjoyed by mass media in the Arab world has fueled Islamic radical tendencies and sometimes led to the unintentional reinforcement of the role of the Mosque in providing for critical communication space and propaganda. The Mosques have started to become a unique alternative to the official media. The Algerian case almost paradigmatically illustrates this exploitation of the weaknesses of Algerian and, beyond, of Arab media by politically astute Islamic movements.

The Islamic Salvation Front (ISF) has never had its own television channel or radio, nor an influential press organ. It has, however, been able to agitate the whole society. Economic and social deterioration has allowed the creation of networks of small informal groups run by the ISF, structured around the dense network of Mosques and growing rapidly outside the control of the Ministry of Religions Affairs (St. John 1996).

The action strategy based on taking to the streets and mobilizing militants and sympathizers permanently has managed to create a continuum between the public space and the Mosques. In his book "Les Frères et la mosquée" (1990), Ahmed Rouadjia has empirically studied the linkages between the emergence and the consolidation of the Islamic movement, its growing capacity for mobilization and the growth of the network of Mosques in the country. In Algeria, recent growth is significant: from about 2,000 in the wake of independence to over 11,000 today (Khalladi 1992: 29). Despite the law of 1971 granting the state the right to control the building of Mosques, their activities and the contents of sermons (Fuller 1997: 77), the Islamic movement has been able to position itself and indeed dominate religious spaces which have been transformed into spaces for political communication, propaganda and mobilization.

The first step in the process is the building of a Mosque, often financed by external private charitable sources. Then the limited freedom and tolerance of these religious spaces granted by the state — in particular after the events of October 1988 — are exploited advantageously by the movement, despite the 1989 law granting control of Mosques (Fuller 1997) to the state. The Mosques become unique spaces where followers are indoctrinated and recruited and a critical discourse on the Algerian state and its institutions can take place, more or less without control. In this process the mass media, owned by the state, lose any of the credibility they might have had before. The testimony of an Algerian general, member of the power elite until 1996, date of his retirement, is quite telling in this regard. Talking about the state-owned television, he said: "[...] the consequence is that paradoxally this channel that everybody knows to be in the service of the system has become a major handicap for the system itself'" (Rahhal 1997: 94).


The Arab media are an integral part of the existing socio-political landscape. Their destiny is closely associated with the democratization process in the Arab world. Today, this process is impaired by stagnation and a crisis characterized by a deepening fault line between society and regimes, between authoritarian regimes and Islamic opposition. Two extremisms face each other, alimenting their own growth in this confrontation. The Arab states need the radical opposition to justify the maintenance of repressive security systems whose primary victims are the "third force" (democrats, liberals, leftist militants, human-rights activists and feminists) and the international community which wants democratic reforms. Their response, embodied in a slogan, is: "Choose between us or the Islamic inferno". The tragic events of September 11 have reinforced the position of Arab regimes worldwide. They are solicited to cooperate with the United States in the fight against international terrorism. The imperative
of fighting Islamic terrorism has sidelined the earlier wishes for democratization. Diplomatic pressures in this regard have weakened. The critical role is left to international NGOs, who remain advocates of democratization and can still play a positive role in the process.

One report correctly states the following: "International organizations involved in journalism training have a responsibility to assist an emerging independent media in the Arab world, and to lobby Western governments not to support the media machines of authoritarian regimes. Arab defenders of press freedom and independent journalists and editors need to draw closer and learn to work together and develop a strategy to help independent journalism gain ground and reporters to acquire professional skills and protection" (Labidi 2004). "There is very Little hope of practicing journalism without danger as long as we have laws that limit freedom of speech," (Jamal Amer).
Of course, the task is quite demanding. To quote Amer Jamal, Editor-in-chief of Al-Wasat in Yemen "We must change the laws and promote the free press. We must work with international organizations that promote freedom. We must call on the United Nations to play a role in implementing Article 19 of the Declaration of Human Rights. We must consider that attacking journalists is an international concern, no matter where it occurs. We have to let everyone know what is going on."

The emergence in the Arab region of "window dressing"-type liberal media bides, in fact, a precarious situation of total domination of political communication by repressive regimes. The mass media have been turned into instruments for the manipulation and manufacturing of public opinion with the sole objectives to preserve the survival of the regime and the prevention of democratization.

Salaheddine El-Hafez, who is Secretary General of the Arab Journalists Association,
provided an overview of the problems encountered by the Arab press. "I am not exaggerating when I say the Arab press is witnessing one of the worst periods of its life — political upheavals, changes, coups d'état and revolutions," he said. "The Arab press has suffered a great deal. The soul of this press is at risk — and what I mean by “soul” is freedom and liberty. The margins of freedom for the Arab press is severely limited, and we have evidence of that in our daily lives." (El Hafez 2006)

The future of media freedom in the Arab region remains dark. It is closely related to the political, ideological and cultural realities, foreign and antagonistic to the idea of democracy, which historically has been the guarantee of freedom of expression. Today, the obstacles are legion: "Enemies of freedom of expression do not only hide behind governmental curtails, they are everywhere, even on the political opposition ground. Political party newspapers are the least independent ones among all sorts of newspapers. Almost in all Arab countries, freedom of expression comes under severe pressure from political parties including those in the opposition, religious groups, and business interests and also from neighbouring countries" (Nawar 2006).

According to the Lebanese political commentator Ghassan Salamé, "the Arab world remains an intriguing, an irritating exception" — given "the democratisation wave elevated into a worldwide programme and in view of the picture of crowds destroying the statues of falling dictators, from Prague to Seoul, from Sao Paulo to Tirana." (Salamé 1991). He suggests a response on four levels: culture, religion, external factors, and economy.

The use of these four factors to study the Arab world in order to understand its resilience to democracy is certainly a worthwhile enterprise. In this conclusion we will discuss only the cultural factor, which we relate to the absence of a liberal democratic elite. The Arab world has historically produced only political elites attached to authoritarian values. The political debate has been dominated by four of them:

1) the Populism-Nationalism which emerged from independence
2) Arab Nationalism with the competing wings of Baathism and Nasserism which dominated the political landscape in the 1960s
3) the flourishing Marxism of the 1970s
4) finally, the Islamic Fundamentalism of the eighties
None of these elites believe in democracy. Beyond their differences, their common characteristics are rather a totalitarian project rejecting liberal democracy viscerally. An analysis of their political literature is quite telling. We can then ask the question: Can we establish democracies without democrats? And how can we have liberal media without democracies?


* El Hafez, Salaheddine (2006): Deadly Profession - Journalists in Danger. Contribution to the "Media in Danger Conference", 10.11.06, Beirut, Lebanon, recherche=Salaheddine

* Essoulami, Said (2006): The Press in the Arab World: 100 Years of Suppressed Freedom, last revised version from January 7,

* Fuller, Graham (1997): Algérie, l'intégrisme au pouvoir, Paris:. Editions Patrick Banon

* Khalladi, Aissa (1992): Les islamistes algériens face au pouvoir, Alger: Alpha

* Khouri, Rami (2007): The Heroism of Arab Democrats, in Arab Media Watch, May 29,

* Labidi, Kamel (2004): Planting the Seeds of an Arab Press Freedom Network,
in Arab Press Freedom Watch (APFW),

* Nawar, Ibrahim (2006): Freedom of Expression in the Arab World: Taboos are falling under the Hammer of Independent Press, Arab Press Freedom Watch (APFW), in, December

* Rahhal, Yahia (1997): Histoires de pouvoir, un général témoigne, Alger: Casbah Editions

* Rouadjia, Ahmed (1990): Les Frères et la mosquée, Paris: Khartala

* Salamé, Ghassan (1991): Sur la causalité d'un manque: pourquoi le monde arabe n'est-il donc pas démocratique?, in La Revue française de science politique, Vol. 41,Nr. 3,p. 307

* Schleifer, Abdallah (2006): Media and Religion in the Arab-Islamic World, Foreign Policy Research Institute,
schleifer.mediareligionarabislamicworld.html and Arab Media and Society,

* St. John, Peter (1996): Insurrection, légitimité et intervention en Algérie, Commentary Nr. 65, Canadian Security Intelligence Service,

* Whitaker, Brian (2004): Al Jazeera has made News in Arabic... now it hopes to make its mark in English, in The Guardian

* Wisler, Dominique & Tackenberg, Marco (1993): Des pavés, des matraques et des caméras, Paris: L'Harmatta

lundi 16 mars 2009

L'armée algérienne 1954/1994: Mutations internes9


Par Riadh Sidaoui








1.1.4. LES COMITES DE 22; 5; 6; 9.















3.3. LE COUP D'ETAT DE 19 JUIN 1965


























- ABBAS, Ferhat, L'indépendance confisquée, Flammarion, Paris, 1984.

- ADDI, Lahouari, L'Algérie et la démocratie, ed. La Découverte, Paris, 1994.

- AGERON, Charles Robert, Histoire de l'Algérie contemporaine, collection Que Sais-je?, PUF, Paris, 1964.

- AIT AHMED, Hocine, La guerre et l'après guerre, Les éditions de Minuit, Paris, 1964.

- BADIE, Bertrand et GERSTLE, Jacques, Lexique sociologie polotique, PUF, Paris, 1979.

- BAECHLER, Jean, Les phénomènes révolutionnaires, Collection SUP: Le Sociologue, PUF, Paris, 1970.

- BALTA, P. et.RULLEAU, C, La stratégie de Boumedienne, Sindibad, Paris, 1978.

- BOUDIAF, Mohamed, Ou va l'Algérie, Hiwar-Com, Alger 1992.

- CAMAU, Michel, ouvrage collectif de Maurice Flory, Batigat Kamari, Robert Manzan, et Pierre Agate, Les régimes politiques arabes, P.U.F., Thémis/sciences politiques, Paris, 1990.

- CHALIAND, Gérard , Mythes révolutionnaires du tiers monde, Le Seuil, Paris, 1979.

- CHIKH, Slimane, L'Algérie en Armes, ou le temps des certitudes, Economica, Paris, 1981.

- DAHLAB, Saad, Mission accomplie, Ed, Dahlab, Alger, octobre 1992.

- ELDIB, Fethi, 'Abdennasser et la révolution algérienne, L'Harmattan Paris, 1986.

- FANON, Franz, Les damnés de la terre , F. Maspéro, Paris, 1961.

- FRANCOS, Ania et J.P. SERENI, Un Algérien nommé BOUMEDIENNE, Stock, Paris, 1976.

- GADANT, Monique, Islam et Nationalisme en Algérie, L'Harmattant, Paris, 1984.

- GRAWITZ, Madeleine, méthodes des sciences sociales, Dalloz, Paris, huitième

édition 1990.

- GRIMAUD, Nicole, La politique extérieure de l'Algérie, Kartala, Paris 1984.

- GUARFI, Ahmed et CHAIB, A.K, Boudiaf, l'homme des ruptures, Ed, Chihab, Alger, 1992.

- HARBI, Mohamed, La guerre commence en Algérie, Ed, Complexe, Bruxelles, octobre 1984.

- Le FLN mirage et réalité (1954 / 1962) , 3ème édition, Ed, Jeune Afrique, Paris, 1985.

- Lachref, Mostafa, L'Algérie, Nation et Société, Sociéé nationale d'édition, Alger, 4ème trimest1978.

- LEBJAOUI, Mohamed, Bataille d'Alger ou d'Algérie, Gallimard, Paris, Juillet 1972.

- vérités sur la révolution algérienne, Gallimard, Paris, 1970.

- LOUIS, Martin Chauffier, L 'examen des consciences, Paris, Julliard, 1961.

- MERLE, Robert, Ahmed Ben Bella, Gallimard, Paris, 1965.

- ROUADJIA, Ahmed, Les frères et la mosquée, Kartala, Paris, 1990.

- SALAM, Chaker, Berbères aujourd'hui, l'Harmattan, Paris, 1989.

- STORA, Benjamin, la gangrène et l'oubli, La Découverte, Paris, 1991


- ABADA, Khadidja, "La fin d'un mythe", Les Cahiers de l'Orient, 4ème trimestre 94 1er trimestre 1995, No:36/37.

- ADDI, Lahouari, "Violence et système politique en Algérie", Les temps modernes, 50e année, No: 580, janvier/ février, 1995.

- BOETCSH, Jacques, "En fin seul", l'Express, No du 25/12/67.

- BOULARES, Saïd, "La Grande Muette livre ses secrets", Les Cahiers de l'Orient, troisième/ quatrième trimestre1995 No: 39/40.

- CORCE, Paul-Mari de la, "En Algérie, mobilisation contre le compromis", Le Monde Diplomatique, 42e année, No: 493, Avril 1995.

- CUAN, Yves, "La guerre de succession", L'Express, No: 25/11/1978

- DE BERNIS, “Deux stratégies pour l’industrialisation du tiers monde : les industries industrialisantes “, Revue Tiers monde, Tome 12, No:42, juillet-septembre 1971.

- DJEGHLOUL, Abdelkader, "l'après Chadli, a-t-il déjà commencé?". Monde arabe, Maghreb-Machrek, No: 133, juillet-septembre 1991.

- DUTEIL, Mireille, "La nébuleuse du pouvoir", Esprit, Paris , no: 208, janvier 1995.

- El Moudjahid, “Le rôle de la lutte armée en Algérie”, n° 53‑54, ler novembre 1959.

- El Moudjahid, "EL-Moudjahid vous présente le fidaï", n° 1.

- El Moudjahid, "Le fascisme ne sauvera pas le colonialisme francais en Algérie", n° 33, 8 décembre 1958.

- GOUMEZIANE, Smaïl, "Le FLN resserre les rangs", Jeune Afrique, No: 1774, du 5 au 11 janvier 1995.

- "La transition à petits pas", Jeune Afrique, No: 1776, du 19 au 25 janvier 1995.

- HARBI, Mohamed, "Violence, Nationalisme, Islamisme", Les temps m, 50e année, No: 580, janvier / février 1995.

- "L'Algérie prise au piège de son histoire", Le Monde Diplomatique, 41e année, No: 482, Mai 1994.

- ROBETRS, Hugh, "Thirty years after the revolution", AFRICA REPORT, November-December 1984.

- ROD, Aya, "Theories of Revolution Rreconsidered: contrasting Models of collective Violence", in Theorie and Soc, 1979, vol.8,

- ROUADJIA, Ahmed, "Du nationalisme du FLN à l'islamisme du FIS", Les temps modernes, 50e année, No: 580, janvier / Février 1995.

- YAFSAH, Abdelkader, "Armée et politique depuis les événements d'octobre 1988: l'Armée sans Hidjab", Les temps modernes, 50e année, No: 580, janvier/ février1995.

L'armée algérienne 1954/1994: Mutations internes8


Par Riadh Sidaoui

Les caractéristiques principales de l'armée de libération nationale (ALN), pendant les années 1954-1962, peuvent se résumer à partir des points suivants:
1- L'origine politico-militaire de ses commandants: ces derniers ne proviennent pas d'académies militaires et n'ont aucune expérience professionnelle dans ce domaine. Ils sont avant tout des militants politiques. La première génération qui a fondé l'ALN est issue de l'organisation spéciale (l'OS), alors que la deuxième est recrutée parmi les jeunes algériens notamment chez les étudiants (Boumèdienne) et les lycéens (Boutaflika, Medghri, Ahmed Cherif...). Dans les deux cas, ces militaires avaient la conviction profonde de leur supériorité sur les civils. Cela s'explique d'une part par la confrontation brutale et le danger quotidien qu'ils vivaient et, d'autre part, par la nature de la révolution algérienne, une révolution déclenchée au nom de la rupture radicale avec les méthodes pacifiques. Cette élite militaire a exploité une situation révolutionnaire (Tilly) pour conduire la révolution à un résultat révolutionnaire.

2- Le conflit ouvert dès 1956, pendant le congrès de la Soummam entre les civils du FlN et les militaires de l'ALN: une tendance représentée par Abanne Ramdane, fait prévaloir le politique sur le militaire, alors qu'une deuxième tendance, celle des militaires, rejette cette distinction. Cette seconde tendance apparaîtra sur le terrain par une volonté flagrante de dominer les institutions de la révolution à premier pas et ensuite les appareils du futur Etat algérien indépendant.

3- La différence radicale entre les militaires et les civils apparaît sur le plan organisationnel. En fait, les politiques étaient dans une lutte interne permanente, leurs alliances n'étaient pas stables et leurs intérêts n'étaient pas homogènes. En revanche, les militaires, et notamment ceux de l'état-major, s'étaient distingués par leur unité organisationnelle, leur pouvoir hiérarchisé, leur discipline et obéissance totale vis-à-vis du commandement général incarné dans la personne charismatique du chef de l'état-major Houari Boumèdienne. Cette différence a facilité l'arrivée au pouvoir des militaires et la maîtrise totale des événements politiques qui ont marqué l'Algérie pendant la révolution.

4- La composition sociale de l'armée algérienne est marquée par une forte présente de la classe paysanne. En effet, les soldats de l'ALN sont, en majorité, originaires de la campagne ainsi que les commandants de l'état-major. Cette composition sociale a permis une propagation rapide des idées progressistes au sein de l'armée. Boumèdienne a résumé cette tendance quand il déclare " nous n'avons pas fait la révolution pour devenir un "khammes" chez un propriétaire algérien". D'où, l'adoption totale de l'idéologie socialiste comme projet modernisateur de l'Algérie post-coloniale. Cette armée a lutté contre les civils du Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA) en les accusant du libéralisme, d'être une prolongation naturelle du colonisateur français. Ce qui a intensifié cette lutte chez les militaires est l'appartenance de la majorités des civils du GPRA à la classe citadine.

5- La composition culturelle de l'armée est caractérisée par la domination de la langue/culture arabe. Les soldats sont, souvent, analphabètes ou ayant une culture arabe limitée. Tandis que les chefs de l'état-major sont des arabophones formés dans des universités arabes religieuses ou dans les madrasas (école religieuse musulmane) des Oulémas . Ils ont ajouté, alors, à leur projet socialiste un autre projet qui est l'arabisation de la société algérienne. Ceci est contre la francophonie des civils du GPRA, qui étaient en majorité francophones.

6- Les efforts conjugués au militantisme des militaires ont abouti finalement à un résultat révolutionnaire qui s'est incarné dans l'indépendance totale et inconditionnelle de l'Algérie et dans l'arrivée de la coalition la plus radicale au pouvoir en 1962. Cette coalition est constituée d'Ahmed Ben Bella (président de la république) et de Haouri Boumèdienne (chef de l'état-major) avec ses adjoints et ses soldats. L'arrivé de la faction la plus radicale au pouvoir confirme la thèse de Jean Baechler: tant la guerre serait brutale et longue (7ans), tant les plus radicaux auraient plus de chance de s'emparer de pouvoir.
Dès les premiers jours de l'indépendance, l'armée impose son projet socialiste et son choix d'arabiser la société algérienne. Ces propos confirment notre hypothèse générale.

La deuxième partie de ce mémoire a traité des mutations profondes au sein de l'armée nationale populaire (ANP) pendant l'époque de Ben Bella, puis celle de Boumèdienne. Dans la période de Ben Bella, entre 1962 et 1965, il y avait un partage de pouvoir entre les politiques représentés par la présidence de la république et par le parti unique du FLN. Ces deux institutions avaient cohabité avec les militaires pendant trois ans. Le seul point commun entre les deux camps (civils et militaires) était l'application du socialisme dans le pays. La cohabitation entre les politiques est les militaires est devenue impossible. En dépit de la personnalité charismatique du président Ben Bella, l'armée a pu mettre fin à son règne et prendre tout le pouvoir sans partage en instaurant un nouvel organe exécutif nommé le conseil de la révolution, qualifiant le parti unique du FLN de "corps sans âme".

Toutefois, l'armée s'est lancée dans une restructuration radicale afin de devenir plus homogène, plus hiérarchisée et plus professionnelle. Afin de réaliser une telle restructuration, Boumèdienne a beaucoup recruté chez les officiers de l'armée française et investi dans la création des académies militaires algériennes pour la formation d'une nouvelle génération. En outre, il a envoyé des cadres algériens aux académies soviétiques et arabes (notamment au Caire et à Bagdad) pour une haute formation technique. Tout cela était mis en oeuvre en parallèle avec l'écartement successif des chefs historiques de l'ALN.
En fait, Boumèdienne a placé massivement les officiers de l'armée française dans des postes sensibles. Il a justifié cette politique par l'absence de la compétence chez les cadres de l'armée de libération. Selon lui, les maquisards, souvent quasi analphabètes, sont incapables de diriger une base aérienne moderne qui exige une formation scientifique et technique très haute. D'où, la nécessité de recruter chez les officiers de l'armée française. Or, cette argumentation cache une autre politique délibérée et consciente. En réalité, Boumèdienne voulait écarter de l'armée ces compagnons qui jouissaient comme lui d'une légitimité révolutionnaire historique. Il souhaitait ainsi être le seul à maîtriser cet appareil déterminant dans la lutte pour le pouvoir. Qui plus est, Boumèdienne estimait que ces officiers devaient posséder certaines qualités: ils devaient être professionnels, dépolitisés et loyaux. L'aspect professionnel induisait une efficacité technique, plus spécifiquement face aux menaces de l'armée marocaine.
Le fait d'être dépolitisé éloignait le danger probable d'une intervention de l'armée contre l'institution de la présidence de l'Etat et notamment après l'échec du putsch du colonel Tahar Zbiri (chef d'état-major en 1967).
Enfin la loyauté à l'égard du son pouvoir personnel engendrait une stabilité politique et sécuritaire permettant au chef de l'Etat d'achever ses projets socialistes. En contre partie, ces officiers étaient protégés et valorisés par Boumèdienne.
Toutefois, le socialisme appliqué en Algérie est un socialisme dénué des véritables théories socialistes. Autrement dit, la constitution de Boumèdienne, souligne clairement que l'armée nationale populaire algérienne est la garante de l'application socialiste, tandis que dans la réalité quotidienne, cette même constitution ne reflétait pas réellement la nouvelle composition sociale et idéologique de cette armée. Dans les faits, les seuls garants demeuraient principalement Boumèdienne, détenteur du pouvoir et chef de l'armée, et quelques rares officiers convaincus, souvent originaires de l'ALN ou de la nouvelle génération formée après l'indépendance, qui soutenaient les choix socialistes.

Cette contradiction profonde entre une constitution socialiste, des "slogans progressistes" et une élite militaire anti-socialiste dans la pratique ne perdura pas longtemps.
A la mort de Boumèdienne en décembre 1978, une nouvelle politique qui se différenciait de la voie socialiste appliquée jusqu'alors, sera mise en place par le gouvernement de Chadli Bendjedid. Cette nouvelle voie caractérisée par une tendance libérale s’accéléra après les événements d'octobre 1988. Dans cette nouvelle orientation, les officiers issus de l'armée française, prennent une place plus importante.
Ces officiers sont intervenus directement dans la prise de décisions par :

1- Le soutien de l'arrivée de Chadli Bendjedid, connu par sa tendance libérale, à la tête du pouvoir en écartant le socialiste du FLN Mohamed Salah Yahyaoui.

2- L'écartement systématique des boumèdiennistes non seulement de l'armée mais aussi des autres appareils politiques comme le parti du FLN, et les postes sensibles dans l'administration algérienne.

3- L'imposition de la réorientation vers l'économie de marché, en privatisant le secteur public, acceptant les directives du FMI et de la banque mondiale. Ce qui a mené à une inflation financière considérable, une chute spectaculaire de la monnaie nationale (le Dinar), une augmentation des prix, insupportable pour la plus large couche de la population algérienne, et un licenciement massif des employés.

4- Le rejet du projet tiers-mondiste algérien quant à l'engagement en faveur des pays et des mouvements progressistes dans le monde et de façon générale le désengagement du militantisme anti-impérialiste.

5- Leur nomination (les officiers de l'armée française) dans les postes-clés de l'armée et l'Etat algérien. En 1991, l'année de la destitution de Bendjedid, on les trouve à la tête des postes suivants:
- Le ministre de la défense: Khaled Nizar
- Le ministre de l'intérieur: Alarbi Belkhir
- Le chef de l'état-major de l'armée: Mohamed Lamari
- Le chef de l'armée terrestre: Mohamed Touati
- Le chef de la sécurité militaire: Mohamed Médienne

6- La destitution de Chadli Bendjedid. Quand celui-ci a voulu réduire leur influence politique en cherchant un compromis avec les islamistes pour partager le pouvoir et écarter les officiers de l'armée française, ces derniers ont réagi rapidement et efficacement contre ce plan.

7- L'arrêt du deuxième tour des élections législatives pour empêcher l'arrivée au pouvoir des islamistes, l'attaque totale, sanglante, contre ces derniers sur tous les plans, l'appel à l'éradication du phénomène islamiste, malgré son implantation au sein d'une large partie de la société algérienne, tout cela a conduit à "une guerre civile" dont la perte humaine et matérielle demeure lourde.

8- Le refus total de toutes possibilités de dialogue avec les islamistes, malgré les occasions multiples offertes et les nombreuses médiations internes et externes pour établir un dialogue sérieux afin de mettre fin à la diffusion quotidienne du sang. En revanche, ils (les officiers de l'armée française) ont adopté, sinon imposé le choix éradicateur à l'égard des islamistes.

9- La lutte contre les tentatives réformatrices du président de la république, le général Liamine Zéroual. Ce dernier, officier de l'ALN jouissant à la fois d'une légitimité historique et d'un respect à sa personne au sein du reste de l'armée ainsi que la classe politique algérienne, tentaient à plusieurs reprises de trouver une solution pacifique. En vain, il échouait à cause de l'objection de ces officiers.

Toutefois, l'armée algérienne, à l'exception de quelques rares désertions, est restée solidaire, unie, face aux menaces des islamistes. Ce qui a empêché l'effondrement de l'Etat algérien. Paradoxalement, à ce qui s'est passé avec l'armée impériale du Chah en Iran , l'armée algérienne s'est montrée une armée nationale forgée dans une institution qui ne dépend pas, pour sa persistance, des individus. Or, cette solidarité et cette unité face aux islamistes ne pourraient pas cacher pour longtemps les profondes déchirures dont vivaient l'armée algérienne.
D'abord, elle est menacée par l'aggravation des conflits historiques, notamment le conflit régionaliste. La domination des officiers de l'Est sur l'armée et en particulier les chaouites, peut toujours provoquer une réaction brutale des officiers ou soldats de l'Ouest ou du centre pour redistribuer les postes de commandement d'une manière juste et reflétant l'équilibre régional du pays.
En suite, il y avait le conflit de générations, qui pourraient être déterminant dans les futurs années. En fait, la génération des officiers de l'armée française et ce qui reste des officiers de l'ALN sont en train de disparaître à cause de l'âge et le destin de la retraite. Dans dix ans au maximum, tous ces officiers serons obligés de quitter l'armée et laisser leurs places à une nouvelle génération. Une génération de post-indépendance, qui ne jouit pas du mythe de la légitimité historique mais qui possède une réputation professionnelle et technique. Une génération formée dans les académies de Moscou ou de Bagdad ou de Caire, et souvent dans les académies algériennes, des jeunes officiers qui sont, relativement, non corrompus et pas mêlés directement à la lutte du pouvoir. Cette génération, pourrait, par son pragmatisme technocratique, mettre fin aux massacres déchirant la société algérienne en optant la thèse réconciliatrice avec les islamistes, et en freinant l'instauration d'une économie de marché. Cependant, cette génération pourrait être l'alliée loyale du général/président Liamine Zéroual pour sauver l'Algérie et instaurer pour la première fois dans le monde arabe contemporain une démocratie réelle qui respecte l'équilibre politique et sociale de la société et le choix de la majorité. Les derniers événements pourraient expliquer en partie ce scénario:
- Au début de mois de mai 1996, le général Khaled Nizar (le metteur en scène de la destitution de Benjedid et l'arrêt du processus électoral), a été mis à la retraite.
- Au début de mois de juin 1996, sept généraux ont été mis à la retraite, on cite:
* Mohamed Ghnim, secrétaire général du ministère de la défense.
*Abbas Ghzéyal, commandent général de la gendarmerie nationale.
*Abderrazek Tetwani, directeur de la sûreté extérieure.
* Abdelhamid Taghith, inspecteur général du ministère de la défense.
* Mohamed Touati, conseiller de Khaled Nizar.
* Attaib Eddaragi, le conseiller du ministre de la défense .
Cette nouvelle politique pourrait trouver un soutien international, notamment des Etats-Unis, qui n'ont pas cessé à l'appel du dialogue et la réconciliation. Dernièrement (décembre 1996), Graham Fuller, ex-officier à la CIA, et actuellement chercheur dans la Rand Corporation (centre stratégique qui s’occupe de l'évaluation des risques) a publié un rapport concernant la guerre civile en Algérie. Dans ce rapport, commandé par l'armée américaine, il affirme que la politique éradicatrice pratiquée par les généraux au pouvoir, a subi un échec flagrant. Par conséquent, ils n'y auraient que deux scénarios possibles: le premier serait un "marchandage" à huis clos, à la soudanaise, de l'armée avec des groupes issus de la nébuleuse GIA , afin d'aboutir à un partage du pouvoir entre les deux camps, alors que le deuxième reposerait sur une alternative démocratique, sur la base de nouvelles élections associant tous les partis représentatifs du pays. Ce dernier scénario serait, également, approuvé par tous les pays européens, exceptant la droite française au pouvoir .

Enfin, il nous semble que les événements depuis le déclenchement de la guerre civile en Algérie en janvier 1992, ont clairement montré l'impossibilité d'une victoire militaire totale d'un camps sur l'autre. En fait, l'armée s'est montrée incapable de mettre fin à l’insurrection islamiste, en revanche, les islamistes sont, aussi, incapables de conquérir le pouvoir par la force et d'instaurer "l'Etat islamique" qu'ils revendiquent. Face à ce dilemme, une solution réconciliatrice s'imposerait pour sauver le pays de cette absurdité sanglante. Cette solution serait, finalement, l'aboutissement d'une nouvelle mutation profonde au sein de l'armée, et d'un changement du discours islamiste vers le rationalisme et la modération.

L'armée algérienne 1954/1994: Mutations internes7


Par Riadh Sidaoui

L'armée algérienne a pu jusqu'à maintenant sauvegarder son unité, et sa solidarité face aux menaces des islamistes. Cependant, elle est menacée par des déchirures internes profondes.


L'Algérie est entrée progressivement, depuis 1991, dans la voie suicidaire de la guerre civile, à la violence institutionnelle et à la crispation du pouvoir en place par la violence islamiste et la volonté de conquérir l’Etat par la force.[1]

Aujourd'hui, l’armée algérienne compte 139.000 hommes dont 120.000 dans l'armée de terre. Les effectifs de la gendarmerie de 35.000 hommes, ceux de la police de 16.000 et ceux de la brigade de la garde républicaine de 1.000.

Les dépenses militaires sont de 36 dollars par habitant - contre 39 pour la Tunisie et 28 pour le Maroc... Le budget de la défense est le plus élevé des trois pays du Maghreb: 971 millions de dollars en 1991, contre 323 pour le voisin de l'Est et 730 pour celui de l'Ouest. De plus, 60.000 hommes sont engagés dans les forces spéciales chargées de combattre les groupes armés de l'opposition islamique. Ils se recrutent dans les unités d'élite de la police, de la gendarmerie et de l'armée.[2]

Quant aux islamistes, ils s'organisent dans deux groupes différents. Les "radicaux" ont structuré "les groupes islamiques armés " (GIA). Ils ont pratiqué une politique violente et sanglante contre l'armée et la police et tous ceux qui les considèrent comme une source de soutien pour le pouvoir comme les étrangers, les écrivains, les journalistes, les instituteurs, les fonctionnaires et les familles des officiers. La deuxième tendance s'incarne dans l’armée islamique du Salut (AIS). Elle se présente plus responsable, loin de l'arbitraire et disciplinée directement sous les ordres des dirigeants du "Front islamique du salut " (FIS).

Actuellement, les dégâts sont considérables. On compte plus de 50 000 victimes et une perte des milliards de dollars.


Afin d'éradiquer le terrorisme, des nominations de personnalités sont annoncées dès octobre 1992, comme le général Mohamed Lamari (commandant des forces terrestres), il sera promu général-major, le général Touati, le général Derradji... Une législation d'exception est promulguée également dans la même période.[3]

L'implication prolongée de l'armée dans la lutte contre l'islamisme armé et militant s'est révélée porteuse de risques majeurs pour son unité. Un premier conflit apparaît entre politiques et techniciens. D'autres mutations s'opèrent en son sein sans que la classe politique n'ait eu jusque-là l’audience d'en tirer tous les enseignements.[4]

Le vendredi 6 mai 1994, des changements significatifs sont opérés dans la hiérarchie militaire. Cinq régions sur les six que compte l'Algérie changent de commandement. Ces changements profitent à des officiers supérieurs formés à l'école algérienne. La moyenne d'âge des nouveaux promus se situe entre 45 et 50 ans. "Si donc ces promotions paraissent procéder d'une stratégie de rajeunissement, elles n'en obéissent pas moins à des considérations politiques, faisant obligation au président Zéroual de se donner les moyens de sa politique pour pouvoir concrétiser les objectifs de la transition", indique le journal "Le matin".[5]

La multiplicité des acteurs est la première menace de l'éclatement et de l'atomisation du pouvoir de décision au sein de l'institution militaire. La multiparité qui organise le commandement est, pour l'instant, occultée par la prééminence prise par la lutte contre le terrorisme. C'est pourquoi, il reste à savoir comment l'armée digérera ses contradictions une fois la paix retrouvée. Le président Zéroual, selon le chercheur algérien Saïd Boulares, "hésite à entreprendre une réorganisation destinée à synchroniser l’ensemble disparate des réseaux et appareils et semble lui préférer la structuration de son propre réseau à partir d'une équipe qui double à la fois les services de la DRS (Direction du renseignement et de la sécurité), de la gendarmerie et de la police afin, d'élargir à terme sa marge de manoeuvre".[6]

Les facteurs de conflit sont inhérents tant à la dichotomie de plus en plus manifeste entre les politiques et les techniciens qu'à la manifestation beaucoup plus explicite de clivages entre "éradicateurs" et "réconciliateurs", entre officiers et sous-officiers et entre les différents corps impliqués dans la répression.[7] En outre, l'armée algérienne est historiquement déchirée depuis la guerre de la libération par des conflits devenus traditionnels comme le conflit régionaliste, ethnique et culturel.


Les inflexions de rapports de forces se sont fortement recentrées autour du président Zéroual et du Général Mohamed Lamari: elles ont pour objet essentiel l’avenir à réserver au FIS et aux deux autres Fronts dans le futur décor politique algérien.

Le général Lamari, officier de l'armée française, entouré par des autres venant de la même école, se présente comme un éradicateur convaincu, il ne croit qu'à la violence absolue pour éradiquer le phénomène islamiste en Algérie.

Or, le président Zéroual reste un des conciliateurs, il a nommé par exemple Saïd Fodhil, le deuxième homme de l'ex Sécurité militaire, la DRS, à la tête de la quatrième région militaire de Ouargla et ce malgré l'opposition du clan des éradicateurs. En fait, ce remaniement n'est pas sans signification particulière. Saïd passe pour être un jeune cadre favorable au dialogue avec les islamistes.

De la même manière, huit généraux en retraite (anciens de l'ALN) et une quarantaine d'officiers en activité (nouvelle génération) signèrent, fin mars 1995, l'appel adressé au président Zéroual l’exhortant à ouvrir des négociations avec les mouvements islamistes.[8]

Quant aux facteurs traditionnels qui peuvent menacer l'unité de l'armée, ils se manifestent dans les conflits suivants:


Nous pouvons mentionner quatre régions principales en Algérie. Le Sud sahraoui, le Centre, notamment Kabyle, l'Ouest arabe et l'Est Chaouite et arabe. Ces deux dernières sont les plus peuplées, le conflit se concentre entre l'Est dominant et l'Ouest dominé. ORIGINES HISTORIQUES: L'Est comme région-base dans le déclenchement de la révolution

Dès le 1er Novembre 1954, et contrairement à l'Est, l'insurrection a totalement échoué en Oranie (l'ouest): mis à part les monts de Tlemcen, c'est une région peu propice à la guérilla, où la population européenne était nombreuse et active.[9] L'Ouest perdra, désormais, l'avantage historique dans la révolution. Tandis que la citadelle de l'Est est sans doute l'Aurès[10] et sa population chaouite, ils avaient construit les maquis les plus forts, armés et entraînés, ainsi formé les officiers les plus compétents de l'ALN, Boumedienne fut leur symbole. L'Aurès en particulier, et l'Est en général domineront l’armée le dés le coup de 19 juin 1965 jusqu'à présent. DOMINATION D'UNE REGION: L'Est

Cette domination se cristallise dans les faits suivants[11]:

- sur 6 président de la république algérienne, 5 sont de l'Est, la seule exception était avec le 1er président Ahmed Ben Bella, originaire de l'Ouest, soutenu au début, et déposé après par Boumedienne (de l'Est), il n'a pas gouverné plus de trois ans.

- sur 10 chefs de gouvernement de l'indépendance jusqu'à présent (fin 1994), 7 sont de l'Est. Seulement 2 de l'ouest et 1 du centre.

- Dans la même période, les quatre ministres de la défense[12] sont de l'Est.

- La majorité actuelle des officiers influents dans l'armée sont de l'Est.

Cette domination, s'explique par l'avantage historique, le monopole du pouvoir par Boumedienne qui a instauré pendant 13 ans un régime fort basé sur la domination des militaires sur les politiciens et la région de l'Est sur l'Ouest et le reste du territoire algérien.

En outre, pendant le congrès de la réconciliation nationale en 1994, Bouteflika (Ouest), l'ex- ministre des affaires étrangères et l'ami fidèle de Boumedienne fut un candidat pour la présidence de la république. Mais le Lobby de l'Est a refusé sa candidature en choisissant Liamine Zeroual, un militaire de l'Est (Aurès).

6.2.3. LE CONFLIT ETHNIQUE: Arabes / Berbères

La réalité nationale algérienne est faite de pluralisme culturel dont celui qui distingue les Berbères des Arabes pose les problèmes les plus importants[13]. Avant 1831, l'année de l'occupation française, ces problèmes n'avaient jamais eu lieu.

Mohamed Harbi souligne à ce propos: "l'ethnisation des rapports politiques s'est constituée au cours de la période coloniale, elle s'est trouvée renforcée du fait de mouvements de population mettant en présence des communautés qui s'ignoraient. On peut dire qu'en tant qu'idéologies, le Berbérisme et l'Arabo-islamisme sont nés à la même période, dans les années 20. Mais alors que l'arabo-islamisme s'opposera dès sa naissance à la colonisation, il faudra attendre les années 40 pour voir les partisans d'un culturalisme berbère se ranger à leur tour sous le drapeau du nationalisme"[14]. Dès le déclenchement de la révolution, les Berbères, Kabyles ou Chaouis, ont joué un rôle de premier rang. Il faut remarquer, que les chaouis, habitants de l'Aurès, sont des Berbères fortement arabisés et défenseurs engagés pour la langue et la culture arabe, ce qui veut dire par conséquent que le conflit ne se pose pas entre arabes et berbères, mais plutôt entre chaouis et arabes d'un côté et Kabyles de l'autre côté. Ces derniers étaient ambitieux, mais la majorité arabe et chaouite a dominé l’armée, donc le pouvoir. MINORITE AMBITIEUSE / MAJORITE PRUDENTE:

Dans le congrès de la Soummam, le 20 août 1956, les kabyles ont tenté de dominer ce congrès et les appareils de la révolution. Abbane Ramdane en était le dirigeant, il avait ignoré l'appartenance arabe et islamique[15], il avait, également, annoncé, la primauté du politique sur le militaire et l'intérieur sur l'extérieur. Les militaires et la délégation de l'extérieur arabes et chaouis étaient contre la tendance de Abbane. Celui-ci est assassiné par son collègue arabe Abdelhafid Boussouf. De même Krim Belkacem (kabyle), a voulu être le chef de la révolution et avoir un poste de premier plan à la veille de l'indépendance, mais il fut assassiné par la sécurité militaire de Boumediènne..."l'un des soucis lancinants des responsables arabes pendant la guerre d'Algérie aura été de marginaliser les chefs politiques kabyles. A leurs yeux, ils sont à peu prés tous suspects de Berbérisme et leur loyalisme "arabe" n'est pas assuré".[16] Les Berbères kabyles, malgré leurs rôle historique dans la révolution ont perdu toute influence dans l'appareil d'Etat de l'Algérie indépendante.

Ben Bella, le premier président de l'Algérie a réaffirmé l'arabité de l'Algérie et son arabisme militant: "Nous sommes des arabes, des arabes, dix millions d'arabes" déclare-t-il dans un discours à Tunis[17]. Boumediènne, le Berbère arabisé continua la politique arabisante de l'Algérie. Bendjedid, pendant les émeutes du printemps berbère en 1980 réagit fortement et déclara "L'Algérie est un pays arabe, musulman. La question d'être arabe ou pas ne se pose pas. Notre langue est l'arabe, notre religion est l'islam (...) le patrimoine culturel national n'est pas le monopole d'une région ou d'un groupe"[18]. La domination des arabes sur les Kabyles se manifeste par le monopole totale des postes-clés dans l’armée ainsi que dans l'appareil d'Etat algérien[19]. POSTES TABOUS: Présidence de la république/Ministère de la défense

Si nous constatons que les postes clés du vrai pouvoir s'incarnent dans la présidence de la république et le ministère de la défense, nous remarquons d'après nos tableaux une domination totale de la coalition arabo-chaouite contre les Kabyles. Sur six président, nous trouvons 4 arabes, 2 chaouites, aucun Kabyle, ni Touareg, ni Mozabite[20]. de même à ce qui concerne le ministère de la défense, sur 4 ministres, il y a qu'un seul arabe (Bendjedid) et 3 Chaouites.

Ce monopole s'explique par les origines historiques des rapports de force dans la révolution. Quand les Kabyles ont perdu le pouvoir avec Abbane Ramdane, Krim Belkacem et Hocine Aït Ahmed, les Arabes et les Chaouites, militaires de l'Est l'ont monopolisé. Il s'explique aussi par le fait que les Kabyles sont une minorité dans la population algérienne.


La révolution algérienne a était déclenchée par des militants jeunes, ayant rejeté le choix pacifique des vieux militants. Ces mêmes militants, dits chefs historiques, ont été à leur tour , écartés par de très jeunes officiers de l'armée.

Ce groupe se forma autour de Boumedienne et écarta le GPRA en première étape, puis Ben Bella dans le coup d'Etat de 19 juin 1965.

Depuis la mort de Boumedienne, le pouvoir est monopolisé par de vieux militaires, les 4 présidents étaient de la vieille génération, ainsi les trois ministres de la défense, alors que sur 8 chefs de gouvernements, ils y’ avaient 5 vieux et seulement 3 jeunes.[21] Le recours à ces jeunes s'explique par le besoin du " vrai pouvoir" de jeunes cadres technocrates, notamment économistes pour réformer l'économie algérienne en crise. En fait, ce poste est plus d'ordre administratif que politique.

Plus sensibles aux courants politiques qui traversent la société, les sous-officiers subissent aussi directement le l’effet de la crise. Leur paupérisation sociale les rapproche des courants politiques les plus radicaux d'obédience religieuse.

En 1995, la recrudescence des assassinats de militaires, dont de nombreux colonels, a aussi fortement altéré les sympathies que pouvaient trouver les groupes terroristes dans les rangs de l'armée...Les jeunes commandants et colonels, issus pour la plupart des grandes écoles algériennes et étrangères, ont cependant perdu nombre de leurs avantages et de leurs privilèges. Plus enclins à conceptualiser et à donner un sens à leur mission, ils en viennent parfois à des accusations de corruption portées par les islamistes à l'endroit de leurs prédécesseurs et des nouveaux riches qui émergent à l'ombre de leurs représailles.[22]

Fallait-il remarquer que le Front islamique de salut (FIS) est, entre autres, une réaction brutale de la jeune génération contre la génération historique.

[1]- Mohamed HARBI, "l'Algérie prise au piège de son histoire", le Monde Diplomatique, 41 années, No 482, Mai 1994.

[2] - Cité in Saïd Boularès, "La Grande Muette livre ses secrets", Les Cahiers de l'Orient, troisième/ quatrième trimestre1995 No: 39/40. P192.

[3]- Khadidja Abada, "La fin d'un mythe", Les Cahiers de l'Orient, op, cit, pp.136-137.

[4] -Saïd Boularès, "La grande muette livre ses secrets"op.cit, p195.

[5] - Ibid., p200.

[6] - Ibid., p204.

[7]- Ibid., p204.

[8]- Ibid., p205.

[9]- Ania FRANCOS et J.P. SERENI, Un Algérien nommé BOUMEDIENE, op. cit., p56.

[10]- L'Aurès est constitué, actuellement, des Wilayas: Betna, Khanchla et Om el-Bawaqi.

[11]- Voir les trois tableaux intitulés, Le président de la république, le Chef de gouvernement, le ministre de la défense dans les annexes.

[12]- Boumediene a monopolisé ce poste dès l'indépendance jusqu'à sa mort en décembre 1978, C'est le poste le plus sensible au sein du pouvoir algérien, le président actuel Lamine Zeroual a exigé de garder ce ministère pour qu'il accepte la présidence de la république.

[13]- Monique Gadant, Islam et Nationalisme en Algérie, op, cit., p58.

[14]- Mohamed Harbi, "Violence, Nationalisme, Islamisme", Les temps modernes, op, cit.

[15]- C'était l'opinion de Ahmed Ben Bella, dans Fethi Eldib, 'Abdennasser et la révolution algérienne, L'Harmattan Paris, 1986, p172.

[16]- Chaker Salam, Berbères aujourd'hui, l'Harmattan, Paris, 1989, p27

[17]- Ibid., op. cit., p12.

[18]- Propos apportés dans ElMoudjahid du 20 Avril 1980.

[19]- A l'exception de quelques rares cas, comme le général-major Mohamed Lamari.

[20]- Se sont des minorités berbères qui n'ont presque aucun poids politique.

[21]- Voir les tableaux dans les annexes.

[22]- Ibid., p206.